bouton athlete

 

Je suis né le 8 avril de l’année 1964 dans une famille d’ouvriers.
Je serai l'aîné d'une fraterie de 3 enfants. Nous vivons à Yerres (91) dans un petit appartement de 3 pièces où je partage ma chambre avec mes deux frangins, Laurent et Jean-Luc.

Très tôt, je suis attiré par le sport. A l'âge de 7 ou 8 ans, mon père m’avait inscrit au club de foot local. Je jouais gardien de but. Avec l'équipe benjamin, nous avions été champion du département. Ce sport n’était pas trop ma tasse de thé. J'y allais pour faire plaisir à mon père et faire le couillon avec les copains. Je me suis rapidement tourné vers des sports plus individuels et plus physiques, dans lesquels, pour réussir, on ne doit compter que sur soi-même.

Je n’étais pas vraiment individualiste, loin de là, mais j’avais déjà un goût certain pour l’effort solitaire et je ne voulais devoir, mes éventuelles victoires, qu’à moi même et à l’énergie que j’aurais investi pour réussir. 

En cachette, j’allais m’entraîner au club de boxe, puis officiellement, ce fut quelques mois plus tard, le judo. Je ne le savais pas encore, mais ce sport et mon professeur, Monsieur BRIDOUX, allaient m’apporter beaucoup en

sagesse et équilibre. Dans ce sport, j’ai rapidement fais preuve de motivation et de détermination. Après un an de pratique, je remportais le championnat de l’Essonne en catégorie moins de 66 kilos. Je remportais le 

championnat d’Ile de France deux semaines plus tard. Mes résultats étaient plutôt bons et c’est chemin faisant que l’année de mes quinze ans je devenais la plus jeune ceinture noire de France. J’étais très fier de moi.

Certains disaient que j'avais le bourrichon et je pense qu'ils avaient raison. Finalement, je suis vite redescendu sur terre. Il ne sert à rien de se prendre pour un autre, ça ne fait pas avancer et les gens vous jugent sur des

attitudes et non pas sur vos qualités.

L’année suivante, j’entrais en Sport-Etudes à Nîmes et j’en profitais pour gravir les échelons et passer mon 2e Dan. Pour des raisons financières ou politique, ou peut être les deux, la section fermait ses portes l’année suivante.

J’avais 16 ans. Mes parents étaient furieux, mais je ne voulais entendre parler de rien d'autre que de sports et de judo en particulier. J’avais trouvé un job dans lequel il m’était possible d’embaucher tôt le matin et qui me laissait

mes après midi libres pour me rendre à l’INSEP m’entraîner avec les cadors de la spécialité. Que du beau monde !

J’ai beaucoup progressé, mais je dois l'avouer, je me suis fait malmener, pour ne pas dire déglinguer. J'ai chuté des milliers de fois. J'avais 17 ans, et l’heure arrivait pour moi, de partir sous les drapeaux. Mes résultats judo étaient plutôt bons et j’esperais pouvoir intégrer le mythique Bataillon de Joinville, où je pourrais ne faire que du judo.

La chance en avait décidé autrement et un mois plus tard, le 5 août 1982, j’integrais le 1er Régiment de Hussards Parachutistes de

Tarbes. Rapidement je fus nommé Maréchal des Logis. Je faisais du sport, l’ambiance était bonne et j’attendais tranquillement

ma libération. Un mois avant que n’intervienne cette dernière, le Régiment fut appelé à partir pour Beyrouth. N’ayant pas

de travail qui m'attendait dans le civil, je décidais de suivre une formation d’infirmier et de m’embarquer avec mes

camarades, pour le Liban. Les anciens nous avaient fait miroiter le Club Med. Malheureusement, quelques semaines

avant notre arrivée, les combats sur place s'étaient amplifiés et nous avons débarqué par la plage (l'aéroport

ayant été bombardé) sur le sol Libanais avec pour seul maillot de bain, un gilet pare-balles et un casque lourd.

Une vraie galère, mais que de souvenirs !.. Beaucoup de mes camarades sont restés sous les décombres

du bâtiment DRAKKAR le 13 octobre 1983... Je suis resté sur place pratiquement 6 mois et j’en suis revenu

avec un trou dans le tibia et un stock de décorations, dont la Valeur Militaire avec citation à l’ordre du régiment,

remise le 11 novembre 1983 par le Général François CANN.

Je n’ai pas souhaité rester dans l’armée et je fus liberé en mars 1984 après 20 mois de service. Aujourd’hui

je regrette cette décision d’être parti, mais comme dirait un philosophe que je connais bien, “C’est la vie, et ... elle

est belle !

Ce qui m'est resté de cette expérience, c'est la devise de mon régiment que j'ai fait mienne :

"Même si tu as tout perdu, souviens toi qu'il te reste l'honneur à sauver"

En 1987 je passe mon Brevet d’Etat judo. Je suis reçu au Tronc commun, mais je me fais étendre au spécifique. Un comble !

Je suis dégoûté et je décide de lever le pied.

Il faut dire que le judo est un sport dans lequel les blessures sont légion.Par hasard, je tombe sur un reportage télé dans lequel il est question de triathlon et en particulier, de L’IRONMAN d’Hawaii. Je pense alors que ces gens là sont complètement à la masse et que ce sport de fous n’est certainement pas fait pour moi.Rapidement j’allais changer d’avis. Pour ma préparation judo, je courais, j’avais été licencié en cyclisme de minime à junior, alors pourquoi ne pas essayer ce nouveau sport.Je nageais comme une clé à molette, mais pourquoi ne pas tenter l’expérience ? Je n’avais rien a perdre !

Cette même année 1987, j’intègre l’Ecole de Police de Paris, et j’épouse la mère de mon fils Christophe. Elle avait déjà deux enfants, Jean-Michel (alors 5 ans) et Marie-Laure (alors 13 mois). Durant 17 ans  je vais les élever comme mes propres enfants sans jamais faire de différences. En octobre de cette même année, je me lance le défi de mon premier triathlon. Les distances sont alors de 700 mètres de natation en piscine, 31 kilomètres de cyclisme et 8 kilomètres de course. Pour l’occasion j’avais remonté mon vélo qui prenait la poussière à la cave et me voilà en route.

Une CATASTROPHE ! J’ai terminé cette première épreuve les deux jambes tendues, incapable de les plier tant les crampes me faisaient souffrir. Il faut avouer que j’avais quelque peu roulé comme un bourrin à vélo. Cette première

expérience aura néanmoins été bénéfique et elle aura été un facteur déclenchant à ma future carrière de triathlète.

Depuis, j’ai beaucoup travaillé et j’ai appris à aimer cette discipline qui me fait toujours rêver, même si d’années en années, et malgré mes résultats, la recherche de partenaires est toujours une vraie galère. Pourtant, comment pratiquer cette discipline, qui demande tant et tant d’efforts et de sacrifices sans sponsors. La question reste posée...

L'important restant à mes yeux de toujours chercher à évoluer. J'ai toujours besoin de plus. J'ai un besoin perpétuel de me prouver que je suis capable de faire mieux que la fois précédente, alors les défis que je me lance sont de plus en plus importants et démesurés. Avec les années, j'ai de plus en plus besoin de ce type de motivation. Même si j'ai un grand respect pour les "sportifs du dimanche" (n'y voyez rien de péjoratif) pour ma part, je ne me vois pas faire du sport dans le simple but de m'entretenir. Je n'y vois pour moi (mais c'est essentiellement mon cas) aucun interêt. Je tire mon chapeau aux mecs qui se lèvent le dimanche pour aller rouler avec les copains, sans n'avoir d'autre objectif, que le plaisir de rentrer à la maison déchenillés. Pour ma part, et pour le moment, cela ne me parait pas concevable.

En février 2004, je rencontre Carole qui me donne un réel équilibre, qui me remet souvent la tête dans le bon sens et qui, même si je ne lui dis pas toujours sur le moment, me permet de réfléchir avant de faire n'importe quoi,

n'importe où et n'importe comment. Ensemble nous avons eu Ivane, qui a aujourd'hui 4 ans et demi et un sacré caractère (les chiens ne font pas des chats), et nous partageons notre quotidien avec Julian son dernier d'un précédent mariage, avec qui nous partageons la passion du sport. Son gros potentiel laisse présager d'un bel avenir, si les soirées, les filles ou autres, ne viennent pas perturber son évolution.

J'ai enchainé les défis et records plus dingues les uns que les autres. En 2017, j'intègre la réserve opérationnelle de la Légion Etrangère. Je suis affecté au Groupement de Recrutement de la Légion Etrangère au Fort de Nogent (94), où ma mission est de faire mon possible pour faire rayonner la Légion Etrangère à travers le sport et mes défis incensés. C'était un rêve de gamin. Mon grand-père paternel avait été légionnaire et blessé au chemin des Dames. Trois balles dans le bras ! Il me reste quelques défis à relever avant de prendre ma retraite. Je ne sais pas si j'ai réellement envie de m'arrêter, mais il arrive un âge où il faut quand même songer à se poser, non ?

 

bouton palmares

 

 

 

 

Pascal Pich Foire de Paris 2019

 

- 5 fois Champion du Monde

(double, triple et deca ironman)

- 1 fois Champion d'Europe (double Ironman)

- 10 Records du monde ultra triathlon

- 3 Records du monde ultra cyclisme

 

2019 :

Record du monde en stationnaire :

12 Ironman / 12 jours

2018 :

Record du monde des 6 jours sur home-trainer, sur pignon fixe (3 167.4 km)

24 heures home-trainer (mai) : 710 km

2017 :

Record du monde des 6 jours sur home-trainer (3 157 km)

2016 :

Record du monde des 6 jours sur home-trainer (2 878 km)

Transibérian Red Bull (abandon après 4 étapes sur blessure)

2012 :

Double Ironman Aigues-Mortes / La Plagne (en décembre)

2011 :

X'TREM Tour version bêta (5000 km 24 étapes en 26 jours)

2009 :

- TOUR de France en 8 jours et 8 nuits (3 400 km)

- Lyon - Mont Blanc - Lyon (1er sur les 2 étapes)

2008 :

- 200 km qualificatif Paris Brest Paris : 1er

- 300 km qualificatif Paris Brest Paris : 1er

- 400 km qualificatif Paris Brest Paris : 3e

- 600 km qualificatif Paris Brest Paris : 1e

- Paris Brest Paris : Abandon après 700 km sur blessure

2006 :

13e du deca Ironman de Vidauban

2004 :

- 2e du double Ironman d'Ibarra (Equateur)

- 2e du double Ironman de Panevezys (Lituanie)

- 4e du double Ironman de Levis (Canada)

- 7e du double Ironman de Neulenbach (Autriche) Champion d'Europe par équipe de Nation

2003 :

- Champion du Monde (Groupe d’âge) du Double Iron (2eau Scratch)
Vice-Champion du Monde du Double Iron
Champion du Monde par équipe du Triple Iron
6e du Double Iron de Virginia Beach (U.S.A.)
5e du Triple Iron de Lensahn (Allemagne)
5e du classement Coupe du Monde I.U.T.A.

Avant 2003 :

- Vainqueur du Double Iron d’Ibarra (Equateur)(Record de l'épreuve)
Champion du Mexique sur distance Ironman
3e de l’Ironman de Monterrey (Mexique)

Vice-Champion du Monde du Triple Iron à Le Fontanil (France)
Champion du Monde par équipe de nation du Triple Iron
2e du Double Iron d’Ibarra (Equateur)
2e du Double Iron de Lévis (Québec)

Vainqueur de l’Ironman de Moorea (Tahiti) 1995
Champion du Monde du Déca Iron Monterrey (Mexique) 2000
11 Records du Monde de 1990 à 2017

(3 x 10 heures / 6 ironman / 13 Ironman / 3 x 3 heures / 3 x 5 heures sur appareils / 6 jours sur home-trainer / etc.)

Ironman du Japon, du Mexique, du Brésil, de Polynésie, d'Australie, Embrun, Nice, etc.
- Nombreux podiums Internationaux

AIDE MEMOIRE :

IRONMAN : 3.8 km natation / 180 km vélo / 42.195 km course 
Double Iron : 7.6 km natation / 360 km vélo / 84.390 km course
Triple Iron : 11.4 km natation / 540 km vélo / 126.585 km course 
Quadruple : 15.2 km natation / 720 km vélo / 168.780 km course
Quintuple : 19 km natation / 900 km vélo / 210.980 km course
Déca Iron : 38 km natation / 1800 km vélo / 423 km course

bouton actu

 

 

OPPH Pascal Pich / Laurent Dubost Michel Drucker / Pascal Pich Fabienne Thibault / Pascal Pich

téléthon 2019 lancement défi 10 deca

 

bouton médias

 

 

bouton photos

 

27 avril / 8 mai 2019 : Foire de Paris

12 Ironman / 12 jours

 

Pascal Pich Pascal Pich Chef Médina Pascal Pich Pascal Pich Foire de Paris 2019 Pascal Pich repas rapide Mollet Pascal Pich Pascal Pich ravitaillé par les Jardins d'Esther

Pascal Pich et Tiga Tattoo Pascal Pich Larbi Benboudaoud et Paul Thierry Pesqué Pascal Pich Pascal Pich avec Alain Roux Pascal Pich fin jour 1 Souffrance pour Pascal Pich

Pascal Pich, fin de défi Pascal Pich, Général COMLE, Carine Preterre Pascal Pich Pascal Pich, le repos du guerrier Affiche 12 ironman 12 jours _ Pascal Pich

 

2 au 8 mai 2018 : Foire de Paris

Record du monde 6 jours sur home trainer et pignon fixe

 

Affiche record du monde 2018 Pascal Pich 2018 Pascal Pich _ Tonya Kinzinger Pascal Pich _ Alain Roux Ambiance Foire de Paris 2018 Ananas Légion étrangère

Pascal Pich Foire de Paris 2018 Pascal Pich Foire de Paris 2018 Colonel Doutey Légion Etrangere Musique de la Légion étrangère les anges de la rue Pascal Pich Foire de Paris 2018

Pascal Pich Gilles Verdez Cyril Benzaquem Pascal Pich Rolland Courbis Pascal Pich Thierry Omeyer _ Pascal Pich _ Rodrigo Corrales GRLE _ Pascal Pich

 

2 mai / 8 mai 2017 : Foire de Paris

Record du monde 6 jours sur home trainer

 

Pascal Pich 2017 Musique de la légion étrangère cornemuse légion étrangère Guillaume alias Gleb Fabien Mertz Pascal Pich douche de campagne

Major Houssin Jean-Michel Chef Florin _ Julian Husson Pascal Pich 2017 Pascal Pich _ Chris marquez Michel Drucker _ Julian Husson Pascal Pich _ Miss képi blanc 2017

Michel Drucker _ Pascal pich Pascal Pich _ Michel Drucker _ Carine Preterre _ Colonel Doutey GRLE _ Pascal Pich Affiche record du monde 2017 Pascal Pich

bouton paartenaires

 

bouton partenaires majeurs

 

 

logo Maison et services logo LPN logo Smef Azur logo Légion Etrangère Logo Guyb's

 

 

bouton partenaires techniques

 

 

logo Aquaman logo Asics logo Easyflyer logo Ekoi logo Foire de Paris logo Arena

logo Delta Conseil logo Bultex logo Dynatek logo Europ Event logo Hippocketwifi logo IFS

logo les Jardins d'Esther logo Minoura logo Viparis logo Vittel logo Notion World SAS logo Eckes Granini

 

 

bouton partenaire institutionnel

 

 

Logo Légion Recrutement

 

bouton contacts

 

Contact par mail : pascal@iawathletisme.fr

 

Contact par téléphone : 06.22.90.65.21 / 04.66.24.94.69

 

 

lien facebook lien instagram lien twitter Lien chaine YouTube